Sur les coteaux de l’Isle
aux confins du Fronsadais
et du Puynormand
Savignac-de-l’Isle

Album randos 2018

mardi 20 février 2018





Album des randonnées



Cliquez sur l’onglet de votre choix puis sur les vignettes

Décembre

Randonnée du 19 12 2018
St-Laurent-des-Combes

Randonnée démarrant à Peyrelongue devant l’ancienne gare. Celle-ci était prévue pour 9 km, mais la pluie vers le château Ferrand à St Hippolyte nous a contraint à raccourcir, puis au retour, le soleil nous a entraîné vers une petite prolongation : au total, 6,5 km !

JPEG - 323.4 ko

Peyrelongue près du rail

JPEG - 249.2 ko

Lassègue sous toutes ses faces

JPEG - 345.7 ko

JPEG - 269 ko

L’église et l’ancien bourg

Saint-Laurent-des-Combes [1] est une commune de 259 habitants, et d’une superficie de 386 hectares.
À l’origine, la vie du village se situait principalement autour du bourg de l’église, mais au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, elle s’est déplacée, avec l’arrivée du chemin de fer, vers Peyrelongue, en bas du coteau. On y retrouve l’école et la mairie, ainsi que la salle des fêtes installée dans l’ancienne gare.
Le territoire de la commune fait partie de l’aire d’appellation "St-Émilion".



Randonnée du 12 12 2018
Moulon Sud

Randonnée de 10,5 km (et un dénivelé de 251 m ) au départ du bourg de Moulon, petite commune de l’Entre-Deux-Mers, avec une population de 1000 habitants. L’activité économique est dominée par la viticulture (650 ha) sur un relief en coteaux. L’activité liée à la Dordogne a aujourd’hui périclité et est limitée à quelques pêcheurs professionnels. ➨ pour en savoir plus sur Moulon
Le circuit après un petit crochet par la tour d’Ansouhait(e), passe par le joli hameau des Doumens, Bourbon et atteint le territoire de Tizac-de-Curton et notamment la Brède au bord du Canaudonne, puis au pied de Bellevue, retour par les Faures vers le bourg avec de très belles vues sur la vallée de la Dordogne où l’on peut même apercevoir le château d’eau de St-Aignan. Nous cheminons principalement au milieu du vignoble sauf dans la vallée du Canaudonne où nous traversons cultures et prairies.

JPEG - 322 ko

La tour d’Ansouhaite

JPEG - 364.2 ko

Début du circuit

JPEG - 384.8 ko

Autour du hameau "Les Doumens"

JPEG - 335.2 ko

Moulon et la Dordogne

La tour d’Ansouhaite est une de ces maisons fortes qui furent fondées en très grand nombre, entre les XIIIe et XIVe siècles en Aquitaine et dans le Gers...➨ lire la suite
Le château Monlau, aperçu au loin, surplombe la Dordogne et fait face à St-Émilion. Vignoble de 25 ha produisant du vin rouge et un peu de blanc ➨ pour en savoir plus
JPEG - 348.1 ko

Autour de Bellevue

JPEG - 260.2 ko

Vue sur le cht Pavie

JPEG - 381.2 ko

Vue vers le tertre de Fronsac

JPEG - 409.4 ko

Vue sur Libourne

Dans Tizac-de-Curton, en haut d’un coteau, domine la maison noble de Bellevue, construite sur le modèle du presbytère dudit village.

JPEG - 438.1 ko

Retour vers Moulon

JPEG - 290.6 ko

Le bourg de Moulon




Novembre

Randonnée du 21 11 2018
Porchères par Billard

RDV au moulin de Porchères, endormi à cette période de l’année. Départ pour une randonnée de 11 km, le long du canal en direction de l’écluse n°6 dite de Chollet construite en 1826 pour contourner le moulin de St-Seurin. Ensuite nous cheminons le long de l’Isle et enfin le long du canal aboutissant à l’écluse n° 5 de Camps-sur-l’Isle, de forme ovale, et construite à la fin du XVIIIe siècle.
Nous nous éloignons ensuite de la rivière, traversons la route Coutras-Montpon pour nous diriger en zone boisée, vers le château de Billard. Point de château visible à cet endroit, mais une levée de terre ceinte de fossés qui témoigne de la présence d’une motte castrale antérieure vraisemblablement à l’an mil : ➨ pour en savoir plus . . .
Retour à travers bois et prairies vers la départementale, direction le château de Cholet avec traversée du domaine qui aboutit le long du canal près du moulin de Porchères : ➨ pour en savoir plus sur ledit moulin . . .
Un silex taillé géant a été trouvé à Chollet. C’est le plus gros et le plus grand du monde avec 52 cm de longueur et un poids 12 kg ! On peut en admirer une copie dans la première vitrine du musée d’Aquitaine à Bordeaux.

JPEG - 313.6 ko

JPEG - 251.1 ko

JPEG - 253.4 ko



Randonnée du 07 11 2018
St-Christophe-de-Double

Randonnée de 10 km au départ du bourg de St Christophe avec un parcours alternant petites routes et chemins, champs et bois. Passage par les hameaux de Bonneau, le Frappier, le Garde... La randonnée passe à environ 1 km de la « frontière » avec la Dordogne et l’ancienne commune de St Michel Leparron. Nous ne sommes pas très loin non plus de la Charente Maritime et de la commune de La Barde. Originalité de l’église de St Christophe, un plafond « plat » en plâtre et un chauffage avec 2 poêles à bois : un petite réserve de buches se trouve au fond de l’église !
JPEG - 341.8 ko

Autour de St Christophe de D.

JPEG - 220.5 ko

La Maison Rochon

JPEG - 333.8 ko

Le bourg années 60

Dans le bourg de St Christophe, on peut admirer la maison Rochon (ou château Bouffard ou maison Chandeau), du nom des familles qui l’ont possédée, qui aurait été érigée sur une ancienne bâtisse du XIIIe siècle. Elle est surtout marquée par un style XVIe siècle, avec des murs en pierre, des colombages avec du torchis et des pans de bois. Cette construction a été restaurée dans les années 1980.


Octobre

Randonnée du 31 10 2018
Saint Aigulin

Départ devant le collège de St-Aigulin, petite commune de Charente-Maritime de 1900 habitants en diminution. Randonnée de 12 km à travers la campagne et les bois de la Double Saintongeaise. De nombreux panneaux pédagogiques sont à disposition tout le long du parcours pour en apprendre plus sur la faune et la flore locale.
JPEG - 326.4 ko

JPEG - 297.7 ko

JPEG - 233.5 ko

JPEG - 190.1 ko

JPEG - 244.9 ko

JPEG - 342.7 ko

JPEG - 218.4 ko

JPEG - 214.9 ko

La Double saintongeaise est une région forestière située au sud du département de la Charente-Maritime (Haute-Saintonge), au sud-ouest de la Charente et au nord-est de la Gironde. Elle forme la partie occidentale de la grande forêt de la Double. Elle est sur le même vaste plateau forestier que cette dernière, où se succèdent petites collines et vallons, ponctués par de très nombreux étangs naturels ou artificiels dus à l’imperméabilité des sols constitués d’argile blanche, de sable et de graviers. La forêt est limitée par la Dronne à l’est et au sud-est, qui la sépare de la Double du Périgord. Elle s’étend au nord en Charente jusqu’à Brossac, Reignac (Charente) et Baignes-Sainte-Radegonde, dans sa partie centrale en Charente-Maritime vers Chevanceaux, Montguyon, Montlieu et Montendre, et au sud en Gironde jusqu’à Reignac et Laruscade. L’assainissement par drainage et le reboisement par la plantation de pins maritimes furent entrepris sous le Second Empire, de même que dans la Double voisine. La forêt est composée de pins maritimes surtout, de chênes pédonculés et chênes tauzins, de landes humides à bruyères ciliées et bruyères des marais, et de tourbières hautes.
Dans ces tourbières, on peut y trouver notamment la cistude d’Europe, la loutre, ou encore le vison d’Europe. Dans cette forêt on extrait de l’argile et du kaolin.


Randonnée du 24 10 2018
Montussan

Randonnée de 11 km au départ de l’église de Montussan. Puis passage par Fonchereau, le château de Puymiran, le Truch (hameau de St Loubès), Freynau, et retour.
Encore une belle balade sous un ciel bleu, aux couleurs de l’automne. Montussan, aux portes de Bordeaux, offre beaucoup paysages préservés, vallonnés avec de très belles vues sur le vallée de la Dordogne. Alternance de prairies et de vignes : nous sommes en Entre-2-Mers, des villages tranquilles et un habitat dispersé en pleine campagne. Des zones pavillonnaires "poussent" cependant aux alentours du bourg de la commune. Montussan est à 18 km de Bordeaux, sa population est passée de 1000 habitants en 1970 à 3000 aujourd’hui.
JPEG - 597.5 ko

JPEG - 553.7 ko

JPEG - 455.9 ko

JPEG - 192.6 ko

L’ancienne voie romaine : cette voie latine aurait été mise en place au IIIème siècle, et fut appelée également Chemin de Charlemagne. Ce dernier l’aurait empruntée pour aller combattre Hunold en Aquitaine. En 769, après avoir défilé devant Corterate, il se serait arrêté à Fronsac où il aurait fondé la redoutable forteresse qui couronna le tertre durant 9 siècles. Après Libourne, elle chemine sur la rive droite de l’Isle.
Partant de Burdigala, cette voie passait, entre autres, à Montussan, Varatedum (Vayres), Fronsac, Galgon, Savignac de l’Isle, Bonzac, Guîtres, Corterate (Coutras), Porchères, Cunnaco (St Vincent de Conozat) et aboutissait à Vesunna (Vésone ou Périgueux).
Le château Puymiran est une ancienne maison noble dépendant autrefois du fief de La Motte (actuel château Lamothe), il est constitué d’un corps de logis rectangulaire et encadré par des bâtiments d’exploitation. Il héberge actuellement une pension de chevaux et une écurie de compétition.
Le château Fonchereau : nous sommes passés le long de cette propriété de 30 ha de vignes acquise par des investisseurs mexicains. Fonchereau est une ancienne maison noble dépendant également du fief de La Motte.
Le château Freyneau : domaine de 45 ha de vignes. Le château a été construit à la fin du XIXe siècle.
L’église St-Martin de Montussan : construite en 1903. On note comme éléments remarquables : une statue en bois doré et une cloche de 1741 classée.


Randonnée du 10 10 2018
De Malfard à Bonzac

Randonnée de 11 km au départ de la mairie de Bonzac. Le circuit passe à l’intérieur des domaines de plusieurs châteaux, avec l’aimable autorisation de leurs propriétaires. Direction tout d’abord Malfard puis le château de l’Arc et celui de la Grave. Enfin nous atteignons le château Trincaud puis retour vers le point de départ et goûter sympathique au presque chasteau de notre ami Gérard !
Nous avons dû écourter notre périple faute de temps : RDV prochainement sur les routes de Bonzac pour passer par les châteaux de Perrin-d’Hoge, Laroque-Peyraud et un petit crochet par le pont de St-Denis vers l’église et le château de Bômale.
JPEG - 378.1 ko


Château Malfard à

JPEG - 433.1 ko


St-Martin-de-Laye


TV7 à Malfard :
architecture, histoire, fête des vieux métiers
L’histoire du château Malfard : ➨ Pour en savoir plus, suivez ce lien. . .

JPEG - 311 ko

Château de l’Arc

JPEG - 264.2 ko

L’Orangerie du Cht La Grave

JPEG - 450.7 ko

Château de La Grave

JPEG - 353.3 ko

Château Trincaud



Randonnée du 03 10 2018
Abzac - Coutras

Randonnée de 11 km au départ du bourg d’Abzac qui traverse l’Isle et aboutit au village de Couperie dans Coutras. Le trajet rejoint par la suite les bords de la rivière jusqu’au retour.
Abzac, un peu d’histoire : André Garde a mis à jour un site préhistorique qui daterait du 4ème millénaire avant Jésus-Christ, au lieu dit le Pétreau. Le nom de la commune viendrait du propriétaire (Avitius ou Avitiacus) d’une villa gallo-romaine.
En 1353, Raymond Vicomte de Fronsac, seigneur d’Abzac, prend le parti des français contre le roi d’Angleterre. Le château est pris et rasé. Au début du XVIIème siècle, il est reconstruit dans son aspect actuel. Vers 1780, le Moulin d’Abzac est construit tel qu’il existe toujours.
L’église Saint-Pierre d’Abzac paraît avoir été primitivement la chapelle du château. Une église romane fut construite par la suite, elle fut remplacée vers 1860 par l’église actuelle durant l’époque où sévit le cardinal Donnet. Son orientation est inversée par rapport à celle habituelle de la plupart des églises.
Dominant la vallée de l’Isle, Abzac a une population de 1750 habitants.

JPEG - 226.3 ko

La mairie d’Abzac

JPEG - 443.8 ko

JPEG - 304.4 ko

Bcp de ronces envahissantes !

JPEG - 262 ko

Sorgho & maïs en palus de Coutras

L’ancien Presbytère construit au 18ème siècle, appelé alors le « Petit Évêché » à cause de la qualité de son architecture, fut transformé en école de garçons ; c’est aujourd’hui la Mairie d’Abzac.
JPEG - 205.6 ko

La cartonnerie d’Anglade

JPEG - 406.1 ko

Château d’Anglade

JPEG - 399.2 ko

Moulin et château autrefois

JPEG - 277.2 ko

Cyprès chauves entre Isle et canal

Le moulin à grains d’Abzac est mentionné dès 1480. Il faillit devenir fabrique de canons durant la révolution, puis il fut, au XIXe siècle, loué à la famille Calvé qui y installa une huilerie jusqu’en 1887 avant son déplacement vers Laubardemont. Le site abrita une centrale hydro-électrique et en 1927 s’y installa une cartonnerie toujours en activité.
Le moulin se visite avec le château uniquement les week-ends, les jours fériés et au mois d’août sur rendez-vous.
(Extrait de Gironde tourisme)

Septembre

Randonnée du 26 09 2018
Boucle de Charlemagne - St-Michel-L’Écluse-et-Leparron

JPEG - 191.4 ko

Voyage en forêt de la Double

La randonnée de 20 km démarre à St-Michel l’Écluse et Léparron et traverse la Double dite périphérique. Cette ancienne commune issue des paroisses de St Michel l’Ecluse et de Léparron a été rattachée à la commune de La Roche Chalais.
La rando traverse bien évidemment beaucoup de bois mais aussi des zones défrichées composées de vastes parcelles souvent mises en culture. Compte tenu de la sècheresse de la période précédente, nous n’avons pas rencontré de zones humides, quelques étangs et des cours d’eau souvent à sec.
Enfin nous avons aperçu quelques parcelles de vigne et un ancien viticulteur qui nous a confirmé que nous étions en zone d’appellation Cognac (Bois ordinaires).

JPEG - 620.1 ko

La forêt de la Doubles (en vert vif)

JPEG - 193.5 ko

L’ancienne école Belleyme  [2]

JPEG - 561.6 ko

JPEG - 299.2 ko

Vaste zone issue de défrichement ?

Délimitée par l’Isle au Sud et la Dronne au Nord, la Forêt de la Double est une région forestière du Périgord qui s’étend sur quelques 50 000 hectares. De longue date, l’homme a fait de cette terre secrète, couverte de pins maritimes, de chênes et de fougères, un univers de légendes, dont s’est inspiré Eugène Leroy, l’auteur de Jacquou le Croquant, pour écrire « L’ennemi de la mort ».
Réputée pour être inhospitalière, avec ses marécages insalubres et ses sous bois sombres, la Double a longtemps offert ses arbres aux tonneliers, charbonniers, potiers ou encore verriers de la région.
La Double, c’est aussi l’habitat traditionnel avec la maison doubleaude, faite de torchis et de toits de chaume, remplacés au cours du 19ème siècle par la brique et la tuile plate, puis aujourd’hui par la pierre.
Après des siècles passés entre aisance et pauvreté, la Forêt de la Double retrouve aujourd’hui une certaine sérénité, une reconnaissance et offre des atouts incontestables : nombreux sentiers de randonnée (pédestres et cyclo-touristes), baignade avec le vaste étang de la Jemaye situé en plein cœur de la forêt, sans oublier la chasse et la pêche.

(Extrait du site de la mairie de Montpon-Ménestérol)

JPEG - 440.2 ko

JPEG - 205.2 ko

Le Chalaure à sec ?




Randonnée du 19 09 2018
Boucle des 2 écluses - Le Pizou

Sanctus Martinus de Pizonis, puis Piso, dérivé de l’occitan « pisou », représentant une petite auge, ou plus probablement une petite fontaine en pierre, est devenu Le Pizou. Cette commune contiguë à la Gironde a une population de 1300 habitants. La randonnée dite des 2 écluses permet de découvrir le bourg puis la campagne où domine la culture intensive du maïs grain irrigué sur de très grandes parcelles.Le tracé près de la rivière est très agréable, avec des sites remarquables d’où l’intérêt de cette randonnée de 10 km avec fort peu de dénivelé.

JPEG - 280.4 ko

JPEG - 312.8 ko

JPEG - 423.6 ko

JPEG - 346.3 ko

Départ de la place centrale où nous remarquons une belle bâtisse qui semble inhabitée, direction la sortie nord du bourg où nous longeons une ancienne usine de chaussures depuis longtemps abandonnée ainsi que la maison de son ancien propriétaire, puis nous traversons une cité nouvellement sortie de terre, un petite zone de maïs et nous atteignons une partie boisée et le bord de la rivière.
JPEG - 314.5 ko

JPEG - 270.1 ko

JPEG - 253.7 ko

JPEG - 192 ko






Randonnée du 5 09 2018
Lugon et l’Ile du Carney

Sympathique randonnée de 11 km au départ du bourg de Lugon et qui chemine le long des vignobles et châteaux qui se préparent aux vendanges prochaines. Le parcours passe par le tertre de Thouil qui nous offre une vue imprenable vers le sud : vallées de la Dordogne et de la Garonne et aussi vers le nord. Le tracé fait ensuite une incursion sur la commune de Villegouge avant de revenir au point de départ.

JPEG - 244 ko

Pardaillan au milieu des vignes

JPEG - 266.9 ko

Cabane de vigne et son puits

JPEG - 354.3 ko

JPEG - 244.1 ko

Cht Tour de Bellegarde

JPEG - 272.2 ko

Cht de Pardaillan

JPEG - 135.9 ko

JPEG - 271.9 ko

Dans le bourg de Lugon

JPEG - 205.4 ko

Cave viticole de Lugon

JPEG - 167.7 ko

JPEG - 203.4 ko

Dans le bourg de Lugon

JPEG - 123.1 ko

Église St Genès de Lugon

JPEG - 175.6 ko

Août

Randonnée du 15 08 2018
Saint-Michel-de-Fronsac


JPEG - 228 ko

Francarney

JPEG - 372.6 ko

JPEG - 416.4 ko

JPEG - 227.3 ko

JPEG - 381.5 ko

La Dordogne et sa vallée

JPEG - 417.8 ko

Cht de la Rivière

JPEG - 235.3 ko

La Dordogne et sa vallée

JPEG - 381.7 ko

JPEG - 411.9 ko

Allée du cht de la Rivière

JPEG - 383.5 ko

JPEG - 357.7 ko

Autour du cht de l’Escarderie

JPEG - 376.1 ko

Histoire d’eau

JPEG - 300.3 ko

JPEG - 340.6 ko

Château du Gazin

JPEG - 135.1 ko

JPEG - 343.1 ko



Randonnée du 01 08 2018
Cubzac les Ponts

RDV au parking de Super U de Galgon à 8h30, direction le port de Cubzac au départ de la rando. Celle-ci a une longueur de 12 km.
Du port de la Dordogne, direction le pont routier avec visite sous la rampe d’accès nord, puis direction le bourg de Cubzac avec un petit détour par les jardins de la mairie et les ruines du château des 4 frères Aymon. Escapade au-delà de l’autoroute et de la ligne LGV par Hourcade, retour par Calonge, Timberlay, les faubourgs de St-André-de-Cubzac, nous rejoignons le GR 655, le moulin de la Racade et nous passons sous le pont ferroviaire pour retourner au Port.
Des choses fort intéressantes à voir, un tracé varié : campagne, bord de rivière, mais aussi zones pavillonnaires.

JPEG - 191.5 ko

Ponts routiers

JPEG - 278.3 ko

Sous la rampe d’accès nord

JPEG - 245 ko

Le long de la rampe d’accès

JPEG - 396.2 ko

Jardin de la mairie de Cubzac

Le pont routier de Cubzac construit par Gustave Eiffel entre 1879 et 1883 a une longueur de 1545 m, et une longueur de travées de 553 m. Il est divisé en 8 travées.
Le pont de Cubzac fut construit, en remplacement et sur les bases de l’ancien pont suspendu (construit lui-même en 1836) et qui avait été emporté par une tempête.
Ce pont fut détruit pendant la Seconde Guerre mondiale puis rebâti en 1946-1947 par Jacques Eiffel, le petit-fils de Gustave Eiffel. Sa rampe d’accès est supportée par des arcades de pierre qui, vues de dessous, ont une allure de cathédrale gothique. Les travaux de réhabilitation menés en 2016-2017 furent l’occasion de l’aménagement d’une passerelle cyclable en encorbellement sur l’ensemble des ouvrages.
JPEG - 247.1 ko

Bourg de Cubzac, A10 et LGV

JPEG - 328.8 ko

JPEG - 661.8 ko

Suivez le guide !

JPEG - 275.4 ko

Le château des 4 frères Aymon : selon l’interprétation de la chanson de gestes « Renaud de Montauban », un château de l’époque carolingienne aurait été construit par les fils du duc Aymon sur ce piton rocheux de Cubzac, en bordure de la Dordogne.
Plus sûrement, la forteresse fut édifiée par Simon de Montfort, comte de Leicester vers 1250. Dès 1250, Cubzac fut attaqué par les barons gascons révoltés contre Simon de Montfort, l’entrée en fut probablement abîmée et l’ensemble fut restauré aux XIIe et XIIIe siècles, ce qui expliquerait la non-symétrie des deux tours, très atypique dans ce type d’architecture. En 1453, pendant la bataille de Castillon, le château aurait été démantelé ?
La bâtisse est une forteresse qui culmine la région pendant des siècles. Aujourd’hui en ruine, il ne reste que la porte d’entrée.
JPEG - 317.6 ko

À proximité de la gare de Cubzac

JPEG - 331.1 ko

JPEG - 272.3 ko

Saint André de Cubzac

JPEG - 337.3 ko

Château Timberlay

JPEG - 276.6 ko

À chacun sa protection !

JPEG - 323.7 ko

À Cousteau

JPEG - 275.5 ko

Vidéo de la 241P9 à Cubzac

JPEG - 211.7 ko

Retour vers le port de Cubzac

Le pont ferroviaire de Cubzac : le viaduc d’une longueur totale de 2178 m est composé de quatre sections distinctes : un viaduc métallique de 291 m, le pont principal franchissant la rivière de 562 m (avec sept piles dans le lit de la Dordogne), un autre viaduc métallique en courbe de 600 m, un viaduc courbe en maçonnerie de 725 m (50 arches).
C’est un pont à poutres en treillis mis en service en 1886 sur la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean qui permet de relier Cubzac-les-Ponts à Saint-Vincent-de-Paul et de franchir la Dordogne.
Cet ouvrage a été construit en 1885-1886 par les établissements Daydé & Pillé (et non Eiffel). Il a été mis en service le 11 juillet 1886 lors de l’ouverture à l’exploitation de la section de Cavignac à Ambarès-et-Lagrave. Il fut détruit par les allemands en 1944, et remis en service en 1946. Entre ces deux dates, les trains en partance de Bordeaux et à destination de Saintes, La Rochelle et Nantes (et vice-versa) étaient détournés par Libourne, Marcenais et Saint-Mariens-Saint-Yzan.



Juillet

Randonnée du 27 07 2018
St-Seurin - zone humide l’Aubarède"
avec ADN

Une aubarède dans le sud-ouest était, traditionnellement, une zone plantée de saules ou de peupliers blancs (dont le nom local est le Blanc de Hollande)
La zone de l’Aubarède de Seurin sur l’Isle, s’étend sur environ 47 hectares, bordée par l’Isle. Le site est caractérisé par une mosaïque de milieux « naturels » typiques de l’Ouest Atlantique avec des prairies enclavées dans un bocager présentant la particularité d’être soumis aux crues de l’Isle. Cette mosaïque de milieux offre un intérêt écologique, biologique et pédagogique avec un précieux vivier d’espèces. Espace préservé de toute urbanisation, l’Aubarède revêt un intérêt paysager, avec haies et prairies, témoins des activités passées. Un étang de 1,5 hectare présente une faune diversifiée mais confrontée à deux espèces invasives qui perturbent le milieu, le ragondin et la Jussie. Anciennement zone de cultures et de pâturages pour les animaux de labeur, l’Aubarède est toujours exploitée par les agriculteurs pour le fourrage. Le site offre 1h30 de randonnée pour les amoureux de la nature
(Extrait du site de Gironde-tourisme)




Randonnée du 25 07 2018
Lavagnac - Ste Terre

Départ de Lavagnac (commune de Ste-Terre), parking du Jardin de la Lamproie, puis traversée du joli hameau dudit Lavagnac, pour suivre ensuite la Dordogne. Nous admirons les maisons de pierre de styles plus variés que dans les terres, avec des jardins d’agrément très fournis et très colorés. La proximité de la rivière influence nettement le paysage et l’habitat. Nous pouvons également admirer le coteau sur l’autre rive : c’est la commune de Cabara.
Au niveau cultural, nous longeons des vignes (avec des attaques conséquentes de mildiou) et aussi des cultures de maïs souvent irriguées. Arrivés à Merlande (commune de Vignonet) nous quittons les bords de rivière pour nous diriger vers le sympathique hameau de Dartus, puis la Vergne et les étangs de Brondeau où après un cheminement dans les vignes, nous retrouvons fraîcheur et ombre.
Un obstacle imprévu nous oblige à rechercher une nouvelle voie et à rentrer plus directement que prévu, en court-circuitant le bourg de Ste-Terre : nous avons fait 11km.

JPEG - 343.4 ko

Église de St-Jean de Blaignac

JPEG - 344.4 ko

JPEG - 157.2 ko

La Dordogne près de Lavagnac

JPEG - 416.6 ko

L’église de St Jean de Blaignac est un édifice roman construit sur un site antique réoccupé par une nécropole mérovingienne. Remanié au 13e siècle (façade terminée par un mur-pignon et murs gouttereaux de la nef). Au début du 16e siècle, le chevet est reconstruit et percé de baies flamboyantes. L’église fut fortifiée durant les guerres de Religion. La sacristie date de 1653. Derrière le grand retable se trouvent cachés les aménagements de la partie gothique : décor ouvragé du chevet et décor peint de la fin du 15e siècle.
JPEG - 301.7 ko

Château de Blagnac à Cabara

JPEG - 289.6 ko

Cabara et sa petite histoire... ➨

JPEG - 343.8 ko

JPEG - 320.6 ko

Port de Vignonet

Le château de Blaignac ou Blagnac, est mentionné dès le XIIIe siècle, après avoir appartenu aux seigneurs de Blaignac et de Rauzan au Moyen-Âge. Il passe aux Jaubert de Barrault en 1628. Les deux frères Jaubert de Barrault, Antoine et Jean, décident de remplacer la forteresse médiévale par un château, selon la mode de l’époque, il comprenait un pavillon d’entrée couvert d’un dôme en ardoise surmonté d’un lanternon. Sous la Révolution, vendu comme bien national le château est en partie rasé en 1791. Au XIXe siècle il est reconstruit avec un corps de logis flanqué de deux pavillons carrés à deux niveaux et surmontés en partie par un troisième formant une tour. Dressé sur le coteau dominant la Dordogne, le château domine aujourd’hui la petite cité de Cabara.
JPEG - 434.3 ko

St Émilion à l’horizon

JPEG - 295.5 ko

JPEG - 335.1 ko

JPEG - 310.5 ko

Vignonet (576 vinitais-ses et 415 ha) est une commune située sur le bord d’une boucle de la Dordogne, faisant partie de la juridiction et de l’appellation de Saint-Émilion.
Le port de Vignonet est au lieu-dit La Cale depuis au moins le début du XVIIe siècle. Parmi les marchandises débarquées ou embarquées figurent les pierres. Un chargement de pierre de Saint-Émilion est attesté en janvier 1620 pour la construction de l’Hôtel Pichon, cours de l’intendance à Bordeaux. Des travaux d’amélioration pour faciliter le débarquement sur les pavés de La Cale des marchandises, furent réalisés en 1929. Le port de Vignonet est un point de vue panoramique exceptionnel sur le demi-cercle que décrit la rivière dans ce paysage.
L’Église Saint-Brice fut construite au XIIe siècle. Son entrée est précédée d’un porche ou ballet autrefois fréquents dans les églises du sud-ouest. La façade est quant à elle formée d’un mur clocher. Cette église possède plusieurs éléments romans. En 1854, la nef et le sanctuaire sont voûtés en briques et plâtres. Semblable à la nef de l’église de Saint-Terre, des peintures à fresques décorent le sanctuaire et sa voûte. L’Église abrite un retable du XVIIe siècle.
La distillerie industrielle, fut lancée en 1940 par un producteur artisanal de liqueur. Les marcs de raisins et autres lies de vin y sont traités.

JPEG - 380.1 ko

Étang de Brondeau




Randonnée du 27 07 2018
St-Émilion par Angélus


JPEG - 332.3 ko

Angélus 1er grand cru classé A

JPEG - 311.3 ko

Grand Mayne Grand cru classé

PDF - 616.5 ko

Ste Marie de Mazerat [3]

JPEG - 417.2 ko


JPEG - 300.3 ko

JPEG - 142.1 ko




Randonnée du 22 07 2018
Lapouyade - Jean de Vaux



JPEG - 221.3 ko

La cabane de Corbineau

JPEG - 233.9 ko

Calluna vulgaris en fleur


JPEG - 223.1 ko

C’est la fête

JPEG - 279.4 ko

autour du four

JPEG - 290.5 ko

Équipement pour
décharger les douils

JPEG - 227 ko

Vieille maison
en cours de restauration

Supplément sur le village de Lusseau, commune de Maransin, à proximité du circuit de Jean de Vaux :
- « chez Annie et Bernard Bernescut, au village de Lusseau à Maransin, lorsqu’ils allument leur vieux four à bois, c’est la fête du village. Ce four construit en 1870 servait à cuire essentiellment le pain. restauré cent ans plus tard, on y cuit toujours du pain, mais aussi viandes et desserts. » Voir le reportage de Sud-Ouest par Jean Gaury,
- près du four quelques vieilles bâtisses en l’état ou en cours de restauration.



Randonnée du 18 07 2018
Val de Virvée

Départ à 9h de la place centrale de Salignac, ancienne commune qui comptait 1700 habitants.
Val de Virvée est, depuis 2016, une commune nouvelle issue du regroupement des trois communes de Aubie-et-Espessas, Saint-Antoine et Salignac. La commune compte 3 400 habitants appelés les Albins.
À la Révolution, la paroisse St-Martin d’Aubie devint la commune d’Aubie et son annexe, Saint-Pierre d’Espessas, devint la commune d’Espessas. En 1813, la commune d’Espessas est rattachée à celle d’Aubie qui devient Aubie-et-Espessas.
St Antoine occupait 18 ha pour 400 habitants. Construite au XIIIème siècle et fortifiée au XVIIème siècle, l’église est dotée de deux nefs et d’un clocher pentagonal en forme de donjon appuyé sur la façade ouest où se trouvent des échauguettes. Les fidèles venaient en pèlerinage à Saint-Antoine le 17 janvier pour demander une guérison miraculeuse du mal des Ardents.

JPEG - 380.1 ko

Tiens ! Encore un bicou... [4]

JPEG - 297.6 ko

La poste à Salignac

JPEG - 231.9 ko

JPEG - 367 ko

Il y avait une poste à Salignac, située sur la grand’rue (D10) au début du XXe siècle, elle migra rue de l’église avant de disparaître.
Sous l’occupation, le maire de Aubie et Espessas fit construire une piscine découverte, afin d’empêcher les hommes valides de la commune d’être envoyés au Service du Travail Obligatoire (STO). La piscine, ainsi achevée en 1943, est devenue après la piscine de la rue Judaïque à Bordeaux une des plus vieilles piscines de Gironde
JPEG - 304.4 ko

Le lavoir d’Espessas

JPEG - 1 Mo

À Espessas

JPEG - 272.2 ko

À Aubie

JPEG - 280 ko

Lavoir d’espessas est situé à l’entrée du village. Il est couvert et il est typique de la Haute Gironde et du pays gabay, avec la fontaine également couverte d’une voûte en berceau. Il a été restauré récemment.
L’église Saint-Pierre-ès-Liens d’Espessas est une église romane datant du XIIe siècle et fortifiée postérieurement, avec notamment une surélévation du chœur. « Elle a échappé aux architectes restaurateurs [5] du XIXe siècle et conserve donc encore une très forte identité romane », indique Bernard Larrieu spécialiste de Léo Drouyn.
L’église Saint-Martin d’Aubie a été édifiée en 1272, par les Templiers. Comme sa voisine du prieuré d’Espessas, elle accueillit de nombreux pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est une église romane qui a été retouchée et restaurée en 1878.
JPEG - 313.4 ko

JPEG - 290.9 ko

Retour à salignac

JPEG - 323.5 ko

JPEG - 298.8 ko

L’église paroissiale Saint-Pierre de Salignac est de style roman. Sa construction débuta au 12e siècle, puis elle fut modifiée aux 15e, 16e et 19e siècle. Cette église s’élève sur la base d’une chapelle du Moyen-Âge dont il reste une voûte datée de 884. On suréleva et on fortifia le chœur et aussi les clochers qui se trouvent sur les bras du transept : celui du nord ayant été de plus surmonté d’une flèche gothique. [6]
A l’intérieur, une toile représentant "Saint Nicolas et les trois petits enfants" peinte au XVIIIème siècle, le retable et le maître-autel du XVIIIème siècle sont classés. Elle dépendait, jusqu’à la Révolution Française, du Fronsadais dont le Duc de Richelieu était le haut dignitaire. La commune reste à vocation agricole et viticole.


Randonnée du 16 07 2018
Fronsac


JPEG - 180.8 ko

JPEG - 265.3 ko

JPEG - 335.3 ko

JPEG - 283.4 ko



Randonnée du 11 07 2018
Port du Noyer - Palus d’Arveyres

RDV au Port du Noyer à Arveyres : nous débutons une randonnée de 12km principalement dans la palus dudit d’Arveyres. La randonnée se situe principalement dans une boucle de la Dordogne.
Au début de notre périple, nous avons tout d’abord une belle vue sur Fronsac et en particulier le tertre.
À travers un paysage de prairies et de vignes, nous admirons un beau patrimoine bâti assez dispersé et à l’architecture très diversifiée. Nous croisons l’autoroute, la voie de chemin de fer et son viaduc, ainsi que la route de Bordeaux. Nous passons à proximité de lieux dits aux noms « originaux » : le Négrot, Cache-Cocu, Mouillecul, Cugnefesse ! Paysage plat, trajet avec un pourcentage assez conséquent de route, mais l’environnement paysager et bâti, par son originalité et sa variété, vaut le détour.

JPEG - 165.1 ko

Château

JPEG - 340.6 ko

La Capelle

JPEG - 207 ko

Du côté de Fronsac

JPEG - 453.5 ko

Cabaret des oiseaux

Château la Capelle : propriété familiale de 40 ha en appellation Bordeaux et Bordeaux Supérieur. Le château est une demeure bourgeoise du XIXe siècle. Au loin on peut admirer le tertre de Fronsac avec au sommet la « folie » du maréchal de Richelieu, qui fut le théâtre de fêtes galantes dont l’écho propagea le renom des vins de Fronsac à la Cour de Versailles. À cet emplacement, dit-on, Charlemagne avait créé une place forte où fut érigé ensuite une puissance forteresse qui sera rasée au XVIIème siècle. Elle était le siège d’un puissant duché qui s’étendait jusqu’à Coutras et aux limites de la Dordogne.
JPEG - 170.7 ko

Vente directe de viande

JPEG - 395.2 ko

JPEG - 421.1 ko

JPEG - 281.9 ko

Le château Brondeau, belle bâtisse (fin XVIIIème) et propriété viticole d’une surface de 13 ha, appartenait à la famille Audy depuis 1900. Il a été acquis en 2016 par un groupe chinois qui possède également le château Perrin d’Hoge à Bonzac, et 55h de vigne du château Cazat-Beauchêne à Petit-Palais et Cornemps.
Le château Bozelle, très belle bâtisse également, en cours de rénovation, possède un vignoble de 22 ha, sur plusieurs appellations.
JPEG - 149.9 ko

"Villa" en bord de Dordogne

JPEG - 221 ko

Le pont de pierre de Libourne

JPEG - 187.3 ko

Ancien chai au Port du Noyer

JPEG - 281.5 ko

Résidence de bord de Dordogne

Juin

Randonnée du 27 06 2018
Moulin de Charlot - Boucle Nord


JPEG - 227 ko

« Marcenais 10 mn d’arrêt »

JPEG - 298.7 ko

Gare de voyageurs

JPEG - 276.9 ko

Gare de marchandises

JPEG - 462.7 ko

JPEG - 422.4 ko

JPEG - 430.3 ko

JPEG - 388.4 ko

JPEG - 260.1 ko



Randonnée du 20 06 2018
Tayac - St-Cibard - Francs

RDV et départ de la randonnée devant la petite église de Tayac, puis nous faisons route vers St-Cibard en passant par le château Puyfromage, ensuite Francs. A partir de ce dernier village nous entrons dans des bois, couverture bienvenue compte tenu de la température. Pause restauration toujours à l’ombre à côté de la ferme photovoltaïque de Petit-Palais à Cornemps puis retour au point de départ après un petit passage à découvert. (Ouf ! Il fait très chaud).

JPEG - 236.6 ko

Tayac : près de l’église

JPEG - 187 ko

L’église

JPEG - 228.4 ko

de Tayac

JPEG - 301.9 ko

La petite commune de Tayac a une population d’environ 150 habitants plutôt en diminution. L’église romane au milieu des vignes date du XIIe siècle. En 1893, fut découvert sur le territoire de la commune un important trésor d’époque gauloise. Il était constitué d’un torque, de petits lingots, de fil d’or et de divers statères et représentait environ 4 kg d’or. En grande partie dispersé et fondu, ce qu’il en reste est exposé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France. L’activité principale du village est la viticulture produisant des vins de l’appellation Francs-Côtes de Bordeaux.
JPEG - 266.3 ko

Vers Puyfromage

JPEG - 354.8 ko

Le savonnier de Puyfromage

JPEG - 233.9 ko

Le château Puyfromage

JPEG - 395.3 ko

Petit cimetière hors du bourg

Le château Puyfromage situé sur la commune de St-Cibard, est une propriété viticole et également un lieu d’histoire. Situé sur le 2e point le plus haut de la Gironde, le château fut édifié à la fin du XVIe siècle, à proximité d’un donjon du XIe siècle et d’un colombier royal toujours visible. Le nom étonnant du lieu est hérité d’un épisode de la guerre de Cent Ans. Les troupes anglaises attendaient des signaux de fumée émis du donjon au bord du plateau, " from edge " (du bord). Terme qui se se transformât en... "fromage" ! Les 45 ha de vigne produisent des vins de qualité notable en appellations Bordeaux Côtes de Francs et Côtes de Castillon.
JPEG - 237.6 ko

Vers St Cibard

JPEG - 212.6 ko

L’église de St Cibard

JPEG - 336.5 ko

À St Cibard

JPEG - 146.5 ko

Église de Francs

La petite commune de St-Cibard est située sur la ligne de crête séparant les vallées de la Dordogne et de l’Isle. Elle a une population d’environ 200 habitants et fait partie de la communauté de communes du Grand St-Émilionnais (comme Tayac). L’activité principale du village est la viticulture produisant des vins de l’appellation Francs-Côtes de Bordeaux. L’Église romane du XIIe siècle dédiée à Saint Cibard un moine ermite du Ve siècle venu s’installer aux alentours. Elle se caractérise par son pur style roman, mais une surélévation en style gothique lui donne une originalité rare dans la région.
JPEG - 194.4 ko

Le petit bourg de Francs

JPEG - 250.1 ko

Le château

JPEG - 257.4 ko

de Francs

JPEG - 303.9 ko

Lors de la bataille de Vouillé, Clovis s’empare de l’Aquitaine. Un détachement de l’armée franque établit son camp en ce lieu qui fut dénommé « Ad Francos » et devint par la suite « Francs ». La petite commune a une population d’environ 200 habitants et fait partie de la communauté de communes du Grand St-Émilionnais (comme Tayac et St-Cibard). L’activité principale du village est la viticulture produisant des vins de l’appellation Francs-Côtes de Bordeaux. L’Église St-Martin est de style roman du XIIe siècle. Elle a été reconstruite au XVIe siècle avec ajout de styles gothique et classique. La nef est lambrissée.
Dominant le paysage, le château de Francs date en partie du Moyen Âge. Il possède un vignoble de 40 hectares de vignes sur un terroir argilo-calcaire. Il fut une place forte militaire anglo-aquitaine. Une partie du château servait d’habitation seigneuriale, le reste était réservé à 300 hommes de troupe. La famille de Ségur qui avait mis son château à la disposition du pouvoir anglo-aquitain, fut contrainte de le vendre quand l’Aquitaine redevint française.
JPEG - 284 ko

La ferme solaire de Petit-Palais et Cornemps possède 45 000 panneaux sur 7 hectares, pour une puissance de 10,3 MW. Un projet lancé par la société Eco-Invest et porté aujourd’hui par Infinity. Capacité du parc photovoltaïque de Gironde : clic-ici...

JPEG - 207.9 ko

Étang dans les « Grands Bois » au nord de Tayac, à la limite de la zone boisée et du vignoble.



Randonnée du 13 06 2018
Galgon par Boutin-Arnaud

RDV au parking de super U de Galgon, puis départ vers Hauge, Malleret, Chiquet, nous passons dans Villegouge et traversons Cleyrac, Sertreau, puis retour dans Galgon et Boutin-Arnaud (village et cours d’eau), Fontenelle et enfin les Morilles. La randonnée traverse surtout des vignobles d’appellation bordeaux, avec beaucoup de sentiers, seul un passage pas très confortable à Chiquet nécessitera de trouver un substitut pour le futur !

JPEG - 219.2 ko

Ruines de l’église de Queynac

JPEG - 241 ko

Queynac avant...



La commune de Galgon fut constituée à la Révolution par la réunion des paroisses de St Seurin et de Queynac. Cette dernière possédait une abbaye templière (puis hospitalière) comme Marcenais, Magrigne, Lalande de Pomerol, Sallebruneau, etc.
L’église fut abandonnée en 1790, et vendue à un particulier en 1843. Pour en savoir plus : suivre ce lien...
JPEG - 391.7 ko

Tu fournis l’Alka Selzer

JPEG - 1.4 Mo

JPEG - 351.5 ko

JPEG - 273.4 ko

JPEG - 267.7 ko



Randonnée du 06 06 2018
Parsac par Malengin

RDV auprès de la petite église romane de Parsac. Le tracé prévu est de 11,5 km légèrement modifié en cours de route. Départ direction Farguet puis nous longeons la Barbanne, ensuite remontée vers le plateau viticole en passant par Musset, Lestage, ensuite descente de nouveau vers la Barbanne et Malengin. Nous abordons une zone de bois et de prairies, au dessus de laquelle trônent les ruines du château de Malengin. Nous passons par Grangeneuve en traversant une zone vallonée qui fait oublier que nous sommes en plein vignoble St-Émilionnais : un vrai dépaysement avec de beaux points de vue vers le sud et la vallée de la Dordogne. Enfin nous remontons à travers les vignes vers l’église que nous visitons avant de repartir chez nous.

JPEG - 353.7 ko

JPEG - 352 ko

Four à pain à Farguet [7]

JPEG - 188.6 ko

JPEG - 285.3 ko

Château Musset

Parsac, aujourd’hui hameau, fut une paroisse puis une commune de 190 habitants : en 1973 elle fut intégrée avec St-Georges à la commune de Montagne. Ses vins eurent droit à l’appellation "Montagne - St-Émilion".
JPEG - 251.7 ko

Belles bâtisses

JPEG - 387 ko

Le château

JPEG - 270.9 ko

de Malengin

JPEG - 351.6 ko

À Maisonneuve [8]

Sur l’ancien territoire de Parsac se trouve le village de Malengin avec un souterrain refuge, un moulin à eau (en ruine) sur la Barbanne, des carrières de pierres calcaires et de meules de moulins (visitables sur RDV), et les malheureux restes d’un château ou plus exactement d’une maison forte abandonnée depuis le XVIIe siècle.
Cette forteresse, à donjon carré, fut construite au XIVe siècle par autorisation d’Édouard III, sur un coteau. Il a appartenu à la famille Lur-Saluces, et est actuellement possession (avec le vignoble voisin) d’un fonds d’investissement étranger et d’une société de négoce, peu intéressés par son sort...
JPEG - 311.3 ko

Un des nombreux étangs rencontrés

JPEG - 141.2 ko

En revenant vers Parsac

JPEG - 336.4 ko

Vers le sud depuis l’église

JPEG - 247.2 ko

L’église côté sud

L’église Notre-Dame de Parsac est la 3ème "romane" de la commune de Montagne. Sa construction aurait débuté au XIe siècle, la voûte reconstruite au XVe, avec ensuite de nombreuses transformations. La nef mesure 15m de long sur 4,3m de large, elle est composée de 3 travées. Le clocher carré et massif fut restauré au XIXe siècle. L’intérieur fut restauré en 1953 et complètement rénové dans les années 1990. Des sculptures intéressantes, mais parfois bien abimées, ornent les hauts de chapiteaux de colonnes et les corbeaux du clocher.
L’effondrement d’une tombe dans les années 1980, mit à jour un abri souterrain, sûrement antérieur à l’église et incomplètement inventorié.



Mai

Randonnée du 23 05 2018
Marcenais Marsas

Départ du parking de l’école de Marcenais pour un rando. de 20,5 km sous un beau soleil. Le parcours traverse les communes de Marcenais, Val de Virvée (anc. Aubie-Espessas, Salignac, St-Antoine), Marsas, Cézac, nous longeons Cavignac, Laruscade, Tizac de Lapouyade et retour à Marcenais.
Joli parcours alternant sentiers et routes, beaucoup d’ombre, car beaucoup de parcours en forêt. A noter un propriétaire qui a barré le sentier balisé et nous a obligé à faire un assez large détour : dans de la forêt et des champs cela aurait été plus compliqué sans le GPS ! De plus au retour nous n’avons pu entrer dans l’église templière de Marcenais : les photos jointes ont quelques jours de décalage.

JPEG - 135.7 ko

L’école d’hier et d’aujourd’hui [9]

JPEG - 243.5 ko

Marcenais : imposant corps

JPEG - 226.1 ko

de ferme au village de Roussat

JPEG - 291 ko

Galle sur ormeau

JPEG - 380.3 ko

Mais où va-t-on ?

JPEG - 174.2 ko

Marsas - place de la mairie

JPEG - 266.2 ko

Marsas - fontaine lavoir

JPEG - 188.8 ko

Marsas - il y a un siècle...

JPEG - 273.1 ko

Château au bourg de Marsas

JPEG - 253.9 ko

Quand le train passait par Marcenais

JPEG - 395.1 ko

Le moulin de Charlot

JPEG - 414.7 ko

Marcenais - au bord de la Saye

La gare de Marcenais était un nœud ferroviaire entre Libourne, Coutras et St-Mariens. Elle fut mise en service en 1874 sur la ligne St-Mariens – Coutras par la compagnie des Charentes, rachetée en 1878 par les chemins de fer de l’État. Elle devint une bifurcation lors de l’ouverture de la ligne venant de Libourne en 1887. Le service des voyageurs sera fermé en 1938. Le tronçon de Marcenais à Guîtres fut rachetée par le Conseil Général en 1977 pour le train touristique.
JPEG - 292.2 ko

Près du bourg de Marcenais

JPEG - 137.7 ko

Arrivée en vue

JPEG - 336.4 ko

L’église

JPEG - 140.6 ko

templière

L’église Notre-Dame à Marcenais est l’unique vestige d’une commanderie templière établie à la fin du XIIe siècle. Elle fut fortifiée au XVIe siècle par les Hospitaliers par l’ajout d’échauguettes et au XVIIIe siècle par la surélévation des murs pour ménager au-dessus de la voûte un refuge, ce qui a fortement modifié son aspect et lui confère une certaine originalité.
Dans la vicomté de Fronsac, les Templiers possédaient une petite commanderie qui comprenait les seigneuries de Marcenais et de Queynac (Galgon), ainsi que d’autres établissements de moindre importance comme Magrigne, Larrivau et Chalauze.
La commanderie possédait le moulin de Peyrat sur la Saye (moulin de Charlot), et en amont le moulin de Wielh (ou Vieïlh) à Vinet. Elle aurait été ruinée lors de la guerre de cent ans [10]


Randonnée du 16 05 2018
Génissac par le Vieux Château

Regroupement au terrain de sport de Génissac puis direction, ensemble, en automobiles, le château de Génissac. Départ de la marche vers le Moulin du Sud, le Tros, Baleyrac, les Faures et les Doumens : soit un parcours de 11,5 km. Ce qui marquera cette randonnée, c’est d’abord en ce printemps, l’abondance de fleurs sauvages et en particulier la présence de nombreuses orchidées. Le tracé vallonné nous offrira également de très sympathiques points de vue sur l’Entre-2-Mers, jusqu’à St-Émilion notamment. Le circuit traverse des vignes sur les coteaux, des bois et des zones de culture dans la vallée du Canaudonne.
Sur le retour, nous avons rencontré fortuitement, la propriétaire du château : nous avons pris date pour visiter son manoir lors d’une prochaine randonnée à Génissac.

JPEG - 206.8 ko

Le Vieux Château [11]

JPEG - 226.6 ko

Vigne "large"

JPEG - 341.9 ko

Elle a trouvé sa voie !

JPEG - 154.8 ko

Vaches de race bordelaise ?

JPEG - 172.2 ko

JPEG - 111.7 ko

JPEG - 471.2 ko

JPEG - 231 ko

JPEG - 301.6 ko

On va où ?

JPEG - 159.1 ko

JPEG - 225.5 ko

Dépendances du Vieux Château

JPEG - 209.2 ko

Arrivée en côte... !

Quelques plantes rencontrées au bord du chemin
JPEG - 429 ko

Orchis pyramidal

JPEG - 230.5 ko

Ophris abeille (orchidée)

JPEG - 288 ko

Orchis serapias

JPEG - 420.1 ko

Vipérine


JPEG - 422.6 ko

Orobanche [12]

JPEG - 306.6 ko

Lychnis nielle ou Nielle des blés




Randonnée du 09 05 2018
Les Dagueys-Les Billaux-Les Eymerits

RDV et départ aux Dagueys, sur la place située derrière le collège. Le parcours se déroule sur la commune des Billaux, sauf 2 petites incursions à Libourne (départ et arrivée) et à St-Denis-de-Pile (village des Eymerits). Tout d’abord drection le stade des Billaux, Les Gautiers, puis la palus du Petit Brizard pour arriver au village des Eymerits. Traversée de la partie ancienne du village dont nous apprécions le calme, et les belles maisons en pierre : quelques unes restent à restaurer. Ensuite nous rejoignons la palus du Grand Brizard et les rives de l’Isle. Paysage de verdure luxuriante ponctuée de nombreuses fleurs. Dans cette zone humide, la commune des Billaux a implanté des bornes explicatives sur l’écosystème et un grand panneau sur les activités autour de la rivière. Cette partie du trajet est également boisée et donc ombragée et nous retrouvons notre point de départ au bout de 12 km de ballade.
Parcours vraiment très agréable mais attention : attaques de moustiques à redouter selon la saison !

JPEG - 262.7 ko

« On passe où ? »

JPEG - 243.1 ko

« Par là, Mec ! »

JPEG - 228.1 ko

Hameau des Eymerits

JPEG - 392.1 ko

Puits Gabay [13]

JPEG - 335 ko

Petit pont de bois

JPEG - 259.2 ko

JPEG - 314.9 ko

Le long

JPEG - 354.1 ko

de l’Isle

JPEG - 377.4 ko

Fleurs au bord du sentier

JPEG - 384.6 ko

Bornes écosystème

JPEG - 242.3 ko

Les oiseaux de la palus

JPEG - 232.4 ko

Les poissons de la rivière

JPEG - 213.1 ko

Retour vers le lac des Dagueys



Randonnée du 02 05 2018
Petit-Palais par Cornemps

RDV et départ de la place centrale de Petit-Palais et Cornemps. Direction le hameau de Sorillon, Petit Champ, le Bois du Piot et Favereau. Nous longeons le château viticole Haut-Nivelle appartenant à M. Le Pottier, puis à quelques encablures, les poulaillers "Arbor" produisant des poussins de reproduction et appartenant également à M. Le Pottier.
Arrivée ensuite à Cornemps, pause autour de la chapelle dudit lieu puis direction les Huguets et Biquayre, traversée du ruisseau le Palais, ensuite petit salut habituel à quelques spécimen de l’espèce asine et retour à Petit-Palais.

JPEG - 339 ko

On va où ?

JPEG - 219 ko

Église N.D. de Cornemps

JPEG - 117.7 ko

Intérieur ND de Cornemps

JPEG - 346.3 ko

Autour de l’église de Cornemps

JPEG - 194.9 ko

ND de Cornemps (vue nord)

JPEG - 363.7 ko

Fleurs sauvages au bord du chemin

JPEG - 271 ko

Machaon ou Grand porte-queue

JPEG - 186.6 ko

Fleurs non sauvages...



Pause asine
JPEG - 202.3 ko

St-Pierre de Petit-Palais [14]

JPEG - 173.6 ko

In memoriam

Avril


Randonnée du 27 04 2018
St-Martin de Coux


Phalangère à fleurs de lis
Anthericum liliago
JPEG - 257.6 ko
JPEG - 317 ko
Bos taurus Limousine cernée par Ranunculi arvenses !!!!




Randonnée du 25 04 2018
Guîtres par St Martin du Bois et St Martin de Laye

RDV et départ du parking face à la gare de Guîtres à 9h30 pour un périple qui affichera 21 km au compteur. Le parcours traverse les communes de Guîtres, St Martin de Laye, St Martin du Bois, Maransin et Bayas.
Passage par le port de Pommiers, puis cheminement en zone boisée en direction St Martin du Bois. Ensuite montée sur le plateau viticole vers la Caillebosse, de nouveau des bois qui abritent la pause déjeuner, suivie d’une incursion dans Maransin et final en passant par le bourg de St Martin de Laye pour atteindre la gare de Guîtres.
Temps agréable, parcours vallonné, variétés de paysages mais un petit inconvénient : 2 passages sur des départementales.

JPEG - 235 ko

Port de Pommiers - St-Martin de L.

JPEG - 308.8 ko

Château Montfavier à Bonzac

JPEG - 249.9 ko

Église de

JPEG - 334 ko

St Martin du Bois

Le domaine de Montfavier, paroisse de Bonzac, était un fief appartenant au duché de Fronsac. Il consistait au XVIIe siècle en une maison noble et ses dépendances sur un territoire de 68 ha de vignes, bois, prairies et champs. Montfavier fut reconstruit plusieurs fois et le château d’aujourd’hui n’est qu’un pâle reflet de ce qu’il était avant avec tours, girouettes, murs crénelés pour se protéger des attaques. Les propriétaires à partir du XVIIe siècle et durant presque deux siècles furent les Richon, propriétaires également à Sablons et du moulin de Piet sur le Lary. [15]
JPEG - 162.5 ko

Belle restauration

JPEG - 356.1 ko

JPEG - 567.3 ko

Pause repas

JPEG - 374.1 ko

Au long des sentiers

JPEG - 320.8 ko

C’est par où ?

JPEG - 500.7 ko

Quelques belles plantes !

JPEG - 332.2 ko

JPEG - 164.5 ko

Église de St Martin de Laye



Randonnée du 20 04 2018
Villegouge


Orchis pourpre
Orchis purpurea
Plante vivace à gros tubercules ovoïdes entiers. On la trouve dans les bois et les coteaux calcaires, dans presque toute la France. Floraison d’avril à juin.
JPEG - 495.8 ko

JPEG - 146 ko

Château Plain-Point
à St Aignan
Vin rouge
Appellation Fronsac
Un peu de vin blanc
Production 105 000 bouteilles sur 18 ha
Sols argilo-calcaires sur molasse du fronsadais



Randonnée du 18 04 2018
Lussac par Picampeau, Grenet, Latour

Départ du parking de l’église de Lussac, direction le bois de Picampeau, en longeant le domaine du château Haut-Piquat. Halte dans ce bois pour observer le mégalithe couché, sur lequel auraient eu lieu des sacrifices gaulois.
Nous continuons notre trajet en direction de Bellevue où se trouve un maigre témoignage des bâtiments principaux de la villa gallo-romaine de Luccius qui pourrait avoir donné son nom à la commune. Avant la révolution, la paroisse se nommait St Pierre de Lussac.
La prochaine étape est une cabane de vigne dont la toiture récemment restaurée a déjà été victime, en partie, d’un incendie. Nous atteignons la tour de Grenet (d’environ 17 m de haut) puis direction le village de la Tour et le château Latour-Ségur au riche passé très lié à l’abbaye de Faise et dont l’histoire débuta au moyen âge.
Retour ensuite par Bourdil et le Courlat pour des contraintes de temps. La randonnée a ainsi été raccourcie à 10 km et s’est effectuée uniquement sur le territoire de Lussac.

JPEG - 204.6 ko

Château Haut Piquat

JPEG - 379.6 ko

Mégalithe de Picampeau

JPEG - 451.2 ko

Bassin et rigole sur la pierre

JPEG - 182.1 ko

Mégalithe de Picampeau

JPEG - 183.4 ko

Château de Bellevue

JPEG - 328.9 ko

Site gallo-romain [16]

JPEG - 199 ko

Puits couvert [17]

JPEG - 191.1 ko

Tour de Grenet [18]

JPEG - 154.5 ko

Cabane de vigne

JPEG - 159.7 ko

Devant Latour Ségur

JPEG - 280.5 ko

Château Latour Ségur [19]

JPEG - 226.6 ko

On est où ? [20]

JPEG - 400.9 ko

"Massifs" de bugle rampant

JPEG - 343.1 ko

Château du Vignon

JPEG - 2.3 Mo

Château de Lussac

JPEG - 244.5 ko

Immeubles du bourg



Randonnée du 11 04 2018
St-Émilion - Pomerol

Départ du parking de l’école de St Émilion pour un circuit qui longe les châteaux du nord de la commune de St Émilion avec un crochet vers les prestigieux crus du sud de Pomerol. Dans cette zone, nous sommes sur un plateau recouvert de sable (ce qui facilite notre progression en cette période pluvieuse) reposant sur de l’argile. Le circuit de 13 km, suit souvent une route, mais on peut emprunter les allées de vigne contiguës. Le tracé de la rando s’inspire de la "Route des premiers crus classés" éditée par l’Office de tourisme de St Émilion et destinée aux vélocipèdes. Nous "frôlerons" notamment Jean Faure, Cheval-Blanc, la Dominique, Corbin, Chauvin, mais également des crus de Pomerol comme Certan, Pétrus, l’Évangile, Gazin...
Nous pouvons admirer les architectures contrastées des bâtisses (habitations, chais et dépendances) ainsi que la grande tenue des vignes qui doit allier production de qualité et esthétique. Les abords des châteaux sont particulièrement animés, puisque c’est la semaine des primeurs. Le temps couvert nous épargnera cependant la pluie.
Marche et découvertes bien agréables, avec quelques renseignements apportés devant les principaux domaines, mais à éviter par temps chaud : les arbres sont absents !

JPEG - 118 ko

Chât. La Grâce Dieu des Prieurs

JPEG - 138.4 ko

« Fortin de la Grâce Dieu des Pr. »

JPEG - 281.7 ko

Chât. Cheval Blanc

JPEG - 251.8 ko

Chât. la Conseillante

JPEG - 138.8 ko

Chât. l’Évangile

JPEG - 184 ko

Pétrus

JPEG - 277.9 ko

Chât. Gazin

JPEG - 154.5 ko

Chât. Grand Corbin



Randonnée du 04 04 2018
St Germain la Rivière

Départ du parking de la Maison du Pays Fronsadais, puis aussitôt "on attaque le coteau" en passant par la Garde, Girons, Branda et le tertre de Thouil. Nous ne sommes pas les premiers occupants, puisque ce dernier semble avoir été habité durant la préhistoire. Passé le tertre, les ascensions les plus dures sont derrière nous, et nous allons redescendre progressivement vers la vallée. Nous cheminons par Ste Catherine, Eyma, Meyney, [21] et le château de la Rivière.

JPEG - 218.8 ko

JPEG - 115.7 ko

Villegouge près du tertre de Thouil

JPEG - 340.2 ko

Vues depuis le tertre de Thouil

JPEG - 281.3 ko

Château de la Rivière

JPEG - 294.6 ko

En contrebas du château

JPEG - 223.6 ko

Vue du château vers la Dordogne

JPEG - 407.5 ko

Les premières Clandestines [22]

JPEG - 400.9 ko

Pédiluve à chevaux [23]



Mars

Randonnée du 30 03 2018
St-Seurin sur l’Isle

JPEG - 248.9 ko

Base de loisirs

JPEG - 96.6 ko

L’Isle et ses

JPEG - 66.7 ko

moulins

JPEG - 165.8 ko

Église de St Seurin



Randonnée du 16 03 2018
Montagne

JPEG - 228 ko

JPEG - 130.7 ko

Moulins

JPEG - 153.9 ko

de Calon

JPEG - 119 ko

Bourg de Montagne

Retour vers le futur à Calon (19 mai 2018) : journées européennes des moulins
JPEG - 195.1 ko

Texte


JPEG - 235 ko

Orchis bouc [24]



Randonnée du 14 03 2018
St Étienne de Lisse

Départ de la place de l’école et de la mairie. Les communes traversées sont : St Étienne de Lisse, Saint Hyppolite et St Christophe des Bardes. Le château de Pressac surplombe St Étienne de Lisse, c’est une propriété de 36 hectares de vignes. C’est au Château de Pressac, à l’issue de la victoire française à Castillon-la-Bataille, qu’a eu lieu la reddition mettant fin à la guerre de Cent Ans. Grand cru classé en 2012.
Nous jetons un coup d’œil à l’intérieur de l’église de St Etienne de Lisse, passons devant la chapelle St Faure, le château Jacques Blanc, la chartreuse du château Lassègue (24 ha) nous longeons le bourg de St Hyppolite, puis montée vers les grottes de Ferrand creusées comme un « monument éternel à la gloire du roi Louis le Grand ». Passage ensuite devant le château Ferrand (grand cru classé depuis 2012, 32 ha de vignes) qui appartient à la famille du baron Bich.
Ensuite le château Laroque (environ 40 ha de vigne) : ses origines remontent au XIIe siècle. Il en subsiste aujourd’hui la tour ronde. Le château présente une façade classique, un parc paysagé et un portail majestueux. Puis château Fombrauge : Grand Cru Classé (59 ha). Bernard Magrez en est propriétaire depuis 1999. Enfin le château Cantin (33 ha) situé sur un plateau calcaire, un St-Emilion Grand Cru. Nous terminons par une belle montée avant l’arrivée ! [25]

JPEG - 621.9 ko

JPEG - 247.6 ko

JPEG - 241.3 ko

JPEG - 372.3 ko

Château Laroque et son portail [26]

JPEG - 182.1 ko

Château Lassègue

JPEG - 87.7 ko

Église de St Hippolyte

JPEG - 176 ko

Château Fombrauge

JPEG - 223.2 ko

Château Cantin



Randonnée du 09 03 2018
Petit-Palais et Cornemps


JPEG - 206.2 ko

JPEG - 162.5 ko




Randonnée du 07 03 2018
Puisseguin - Monbadon

Départ du lieu-dit Durand à Puisseguin, parking de la cave viticole. Cette cave couvre une surface d’apport de 1200 ha, dans la zone des satellites de St-Emilion, et grâce à la fusion avec la cave de Gardegan, dans la zone d’apport s’étendant sur les Côtes de Bordeaux. [27]
Le temps est couvert, quelques gouttes, un sol humide et lourd par endroits, heureusement un peu de routes peu passagères.
A travers les vignes direction le moulin de Roques, puis toujours à travers les vignes, direction le village de la Plagne où un embryon de légende lui attribue un séjour de la reine Margot (?). Nous descendons ensuite dans un petit bas fond (bois et prairies) qui correspond au passage du petit ruisseau de Coussillon. À l’horizon commence à nous apparaître l’imposante bâtisse médiévale du château de Monbadon. Nous allons peu à peu nous en approcher. Vers Grange Neuve petite pause et discussion avec un berger monbadonnais surveillant la pâture d’un troupeau de brebis laitières des Pyrénées.
Le château de Monbadon, en fait une maison forte (point de donjon), appartenait à la chatellenie de Puynormand. La partie sud est plus récente (17e siècle). La partie ancienne est rehaussée à chacun de ses angles par une échauguette. Aux cours des siècles des ouvertures peu propices à la défense ont été percées. En 1330, le Roi Edouart III d’Angleterre avait autorisé le sieur Indie à construire une maison forte à Monbadon. Au XIXe siècle le sieur Lafaurie-Monbadon en sera propriétaire et les de Monfort au XXe siècle.
Traversée ensuite du petit bourg de Monbadon le long de la petite église romane, classée monument historique, de l’ancienne mairie (avant que Monbadon ne devienne un hameau de Puisseguin), de l’ancienne école [28]. Nous passons devant l’ancienne épicerie restaurant par la rue Gabriel Taïx. [29] Nous prenons ensuite la direction du moulin de Courrech en traversant bois et vignes dans une zone très vallonnée. Nous empruntons également la nouvelle voie Pompéianus [30]. Retour au parking de la cave par Daubois et Bayens.
Très belle randonnée dans un paysage vallonné ménageant de très jolies vues. Beaucoup de variétés : bois, prairies, vignes, petits villages.
Plusieurs autres circuits existent sur cette commune dont une trace de 21 km sur le site "randogps". La randonnée ci-dessus reprend une partie de ce tracé.
JPEG - 262.4 ko

JPEG - 317.5 ko

Brebis pyrénéennes
Berger monbadonnais

JPEG - 126.1 ko

Château de Monbadon [31]

JPEG - 95.2 ko

JPEG - 176.5 ko

Terrasse du château 09/09/2017

JPEG - 156.2 ko

Photo 09/09/2017

JPEG - 173.4 ko

Inauguration - 09/09/2017

JPEG - 268.7 ko

Inauguration - 09/09/2017 [32]

JPEG - 210.1 ko

Pierre du moulin de Courrech

JPEG - 221.4 ko

Photo 09/09/2017

JPEG - 192.6 ko

Randonneurs ? Non, NAP !


Février

Randonnée du 21 02 2018
Savignac - Bonzac - St-Martin-de-Laye - St-Martin-du-Bois

Notre première rando a été légèrement modifiée à cause de l’excès d’eau dans la palus de Savignac et les bois de Bonzac. On pourrait la nommer la « rando des châteaux de la basse vallée de l’Isle ».
Départ habituel devant l’école de Savignac et descente vers l’Isle et le Sillac puis Bonzac. Nous passons devant le château de la Madeleine, nous apercevons (grâce à l’absence de feuilles) le château Payraud et la maison de Feyzet, longeons le château Trincaud, puis Perrin d’Hoge, direction ensuite vers le château Malfard où le propriétaire nous permet la traversée du domaine : une petite halte pour admirer le chartreuse, les dépendances, la chapelle, le vignoble [33]. Retour vers Savignac par le sombre Bois du Pont où serpente le ruisseau la Font du Loup. Passage par le point haut de Savignac : le village de Boyer et sa superbe vue sur la vallée de la Dordogne, descente progressive vers l’Isle et retour au point de départ non sans admirer le « Petit Château » et le château féodal de Savignac.

JPEG - 554.7 ko

Tracé de la rando

JPEG - 266.9 ko

Château Malfard

JPEG - 335.9 ko

Premières fritillaires [34]



Randonnée du 23 02 2018
Saint Émilion Ouest

Randonnée ensoleillée très agréable de 11km passant à proximité du château Beauséjour, de l’église St Martin de Mazerat, des châteaux Jean de Mayne, Franc Mayne et Grand Mayne, Quintus par le tertre Dauguey, Berliquet, La Madeleine, Auzone.
JPEG

[1] Du gaulois cumba « combe, vallé », attesté dans les toponymes. Une combe est une petite vallée, un pli de terrain, un lieu bas entouré de collines.

[2] Elle parait porter le nom de Pierre de Belleyme, cartographe né dans le Périgord

[3] Devenue chai de la Croix de Canon, second vin du château Canon 1er grand cru classé B

[4] Contrairement aux dires de certaines, bicou n’a rien à voir avec une chèvre, mais dériverait peut-être du mot bec (en latin). Quant à certaines de ses significations (notamment en provençal) la morale nous interdit d’en dire plus !!!

[5] Et à leur donneur d’ordres... le cardinal Donnet

[6] Elle est la seule des 4 églises de la nouvelle commune, bien qu’ayant conservé son clocher roman, a n’avoir pu échapper aux œuvres de Ferdinand François Auguste Donnet, cardinal de son état !

[7] Ce four avec façade en fonte, était utilisé semble-t-il par un boulanger. Il appartient au château Farguet, jouxte la Barbanne et autrefois, semble-t-il, le moulin de Farguet. Le jeune fils dudit château nous a commenté l’environnement et la rénovation du domaine, photos à l’appui.

[8] Près d’une ferme abandonnée

[9] Type de bâtiment très répandu, du XIXe siècle : la mairie avec étage en position centrale, séparant 2 ailes avec seulement un rez-de-chaussée. D’un côté les filles, de l’autre les garçons... Aujourd’hui, ne reste que l’école.

[10] Pour en savoir plus, on peut consulter le site des Amis de l’Église Templière de Marcenais.

[11] Édifié en 1354 sur le rebord d’un coteau à pentes raides qui domine la large vallée de la Dordogne. C’est une forteresse constituée d’un quadrilatère ceint de fossés et renforcée sur trois angles par des tours rondes et sur le quatrième par un donjon carré. Un des murs est percé d’une porte avec un pont levis franchissant des douves sèches. Il est classé monument historique et ouvert au public.

[12] Plante herbacée parasite, sans chlorophylle.

[13] Ce magnifique puits gabay se trouve aux Eymerits, commune de St-Denis-de-Pile. Pour le protéger, au vu de son état, son propriétaire l’a recouvert. Ces puits fermés ont été construits par peur de l’empoisonnement de l’eau. Deux populations cohabitaient et se méfiaient l’une de l’autre : les gascons et les gabays. Ces derniers étaient venus du nord (Charentes, Vendée, etc.) pour repeupler le bordelais après plusieurs grandes crises (guerre de cent ans, épidémies, guerres de religion...

[14] Façade de type roman saintongeais, « une des plus célèbres du sud-ouest », de par la richesse de son décor : pour en savoir plus clic-ici

[15] On peut lire à ce sujet : La saga des Richon de Montfavier de Raphaël Benghiat, une publication du GRAHC de Coutras en 2017.

[16] Vestiges (base de murs) de la villa de Luccius au lieudit Bellevue

[17] Puits gabay ?

[18] Construite par Pierre Favereau, grand propriétaire terrien, au milieu du XIXe siècle. Il s’en serait servi pour surveiller son domaine et elle est son tombeau.

[19] Chambres d’hôtes, Spa et salles de réceptions

[20] En arrière plan le château de Terrien : IME de Lussac

[21] Des objets témoignant d’un habitat gallo-romain ont été trouvés à Meyney

[22] La lathrée clandestine (Lathraea clandestina) n’a pas de feuilles, pas de chlorophylle, elle parasite les racines d’arbres : peupliers, saules, aulnes, chênes ou noisetiers

[23] Destiné au nettoyage des chevaux après une journée de travail (fin XIXe début XXe s.)

[24] Sur le terre-plein des moulins, les orchidées étaient piquetées : on trouvait, en outre, de l’orchis pyramidal et de de l’Ophris abeille (voir notre sortie du 16 05 2018 à Génissac)

[25] L’appellation St Émilion c’est : 4 châteaux en 1er grand cru classé A, 14 châteaux en 2me grand cru classé B, 64 Grand cru classé. Les autres sont classés en Grand Cru ou en St Émilion. C’est également une surface de 5 400 hectares sur 10 communes : St-Émilion, St-Christophe-des-Bardes, St-Hippolyte, St-Étienne-de-Lisse, St-Laurent-des-Combes, St-Pey-d’Armens, St-Sulpice-de-Faleyrens, Vignonet, et une partie de la commune de Libourne.

[26] Ce portail est un réemploi : il fermait le jubé de la cathédrale de Soissons

[27] Petite anecdote : lors de la fusion de Monbadon avec Puissegin il y a une trentaine d’années, le territoire de Monbadon ne pu accéder à l’appellation Puisseguin St-Emilion par refus du syndicat des Saint-Emilion... Cette zone resta dans la zone d’appellation Castillon Côtes de Bordeaux (anc. Côtes de Castillon)

[28] Sur un mur une plaque rend hommage à un couple d’instituteurs du milieu du XXe siècle.

[29] Rue baptisée en septembre 2017 et qui rend hommage à un ancien maire, viticulteur à Fongaban et ingénieur président de l’Apave sud-ouest.

[30] Elle rend hommage à un gallo-romain du cru, connu grâce à des couverts d’argent gravés découverts au hameau de Jouanin.

[31] Où plutôt maison forte ?

[32] Inauguration de la voie Pompeïanus et commentaires du maire Xavier Sublett historien et enseignant d’histoire, lors d’une randonnée-découverte de Puisseguin, qu’il animait.

[33] Une vidéo de TV7 commentée par le guide bordelais Yves Simone, pour en savoir plus sur l’architecture et l’histoire de Malfard : > suivez ce lien...
L’histoire de Malfard : > suivez ce lien...

[34] Palus de Savignac, bord de route de Pinson au port


Documents joints

18 décembre 2018
Document : PDF
571.3 ko

14 août 2018
Document : PDF
992.2 ko

30 juillet 2018
Document : PDF
13.6 ko

15 juin 2018
Document : PDF
442.5 ko

5 mai 2018
Document : PDF
655.8 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 223147

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ASSOCIATION DE RANDONNÉE MARCHE ET DÉCOUVERTES   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License